L'agonie de Marianne s'est terminée grâce à l'Andullation

"L'Andullation ? Ma bouée de sauvetage !"

 

"Pendant des mois je ne pouvais plus dormir qu’en position assise. Grâce à l’Andullation, je suis à nouveau capable de m’allonger. Parfois, je m’endors même sur le matelas !"

Introduction

On dit qu’un accident est vite arrivé… Imaginez-vous : le téléphone sonne au moment où vous sortez de votre bain. Vous vous dépêchez pour ne pas manquer l’appel. Vous glissez et atterrissez violemment sur votre coccyx. Un accident banal au premier abord, mais pas pour Marianne de Lievegem. En quelques secondes, sa vie a été littéralement ruinée. En effet, ce jour de 2001, Marianne a commencé un calvaire, un chemin de croix qui n'est toujours pas arrivé à terme. Néanmoins, après des moments très durs, il y a enfin un espoir .

Mon chemin vers l'Andullation

Mauvaise chute
Marianne (59) et son époux Christian (67) ont longtemps vécu en Allemagne, où ils travaillaient pour l’armée belge. Le couple résidait à Lüdenscheid. Christian travaillait comme chauffeur d’autobus, et Marianne était aide-soignante. Après la chute du mur de Berlin en 1989, les troupes belges ont été progressivement rapatriées. Marianne et Christian se sont donc réinstallés en Belgique. Christian s’est lancé comme plombier-sanitaire, et Marianne a continué son travail dans le secteur gériatrique. Jusqu’à ce jour fatal de 2001, où une glissade dans la salle de bain a tout bonnement mis fin à son activité professionnelle, et, en même temps, à sérieusement réduit sa qualité de vie. Tout de suite après l’accident, Marianne a continué à travailler encore pendant trois semaines, mais la direction de son établissement l’a renvoyée chez elle. Les douleurs insupportables rendaient impossible tout fonctionnement normal.

23 opérations
Marianne raconte : "Cette chute a complètement déséquilibré mon dos. La chute avait provoqué une hernie, pour laquelle j’ai été opérée. Cinq semaines plus tard, une deuxième hernie est apparue : il fallait donc subir une nouvelle opération. J’étais dans un état vraiment lamentable! Le disque vertébral s'échappait de son enveloppe et la douleur m’empêchait de m’allonger. On m’a néanmoins renvoyée de l’hôpital. Mon généraliste a insisté pour qu’on me réhospitalise, mais j’étais alors obligée d’attendre trois semaines. J’ai donc subi ma troisième opération. Actuellement, j'en suis à 23. Je ne me souviens même plus de chacune d’elles."

Neurostimulateur en panne
Marianne souffrait sans arrêt des douleurs insupportables. On lui a prescrit un neurostimulateur. C’est un petit appareil qu’on implante pour alléger la douleur. Grâce à des impulsions électriques, les signaux douloureux entre la moelle épinière et le cerveau sont atténués. Pour Marianne, la situation est redevenue plus ou moins vivable, jusqu’en 2016, lorsque la batterie est tombée à plat. Résultat ? Les douleurs, insupportables et quotidiennes, ont repris de plus belle. Marianne a reçu une nouvelle batterie, mais celle-ci est aussi tombée en panne en 2018. Alors Marianne s’est rendue à l’hôpital pour se renseigner concernant les options. Elle n'en a pas cru ses oreilles : "Ils m’ont dit que je n’entrais plus en ligne de compte pour une nouvelle batterie !" Pourquoi ? La réglementation en matière de remboursement de ce type d’appareils coûteux avait été modifiée.

"On fait appel aux médias !"
À ce moment-là, Marianne n'arrivait plus à dormir qu’en position assise, pour autant qu'on puisse réellement parler de sommeil. Par moments, elle s’assoupissait en laissant tomber sa tête. Christian ne pouvait plus supporter un tel spectacle et décida, en désespoir de cause, de faire appel aux médias. De nombreux lecteurs, parmi lesquels beaucoup de personnes dans la même situation, se sont reconnus dans l’histoire du couple et dans la peur "qu’un jour la batterie tombe à plat". La firme Home Health Products (HHP), spécialisée dans les solutions antidouleur, a également entendu parler de l’histoire de Marianne et Christian. HHP a aussitôt décidé de porter secours au couple : avec l’Andullation !

L’espoir fait vivre
Entre-temps, les médecins de Marianne se sont concertés, et elle a finalement pu obtenir sa nouvelle batterie. Mais, dans sa malchance, elle a rencontré un nouvel allié inattendu dans son combat contre la douleur : "Ce matelas d’Andullation est incroyable ! Lorsque j’étais privée de neurostimulateur, l’ANDUMEDIC était mon seul recours. Tant que je restais allongée sur l’appareil, je ne ressentais plus aucune douleur, et même pendant une courte période après. Au début, j'ai été bien soulagée par l’ANDUFLEX, un coussin d’Andullation flexible. Maintenant, je suis capable de me coucher sur le matelas ANDUMEDIC, et ça m’arrive même de m’y endormir. Je m’y allonge jusqu’à 5 fois par jour. Après un certain temps, j’ai même réussi à me remettre à la cuisine. Mon nouvel objectif ? Faire moi-même le repassage !" Christian aussi est content : "On a repris courage. Lorsqu’on a pris la retraite, on s'était promis de voyager. Mais vu les problèmes de neurostimulateur, on a dû abandonner ce projet. Grâce à HHP et l’Andullation, nous avons à nouveau espoir. Et, comme vous le savez, l’espoir fait vivre !"

Cela vous tente, l’Andullation?

J'ai lu, compris et accepté la politique de confidentialité de hhp concernant le traitement des données personnelles.